Visites de salon du camion et de trucks show, truck tuning, camions décorés, réçits de voyages, des offres d'emplois en France,Belgique, et même au Québec, des infos sur le métier de routier, les centres de formations, les lois et bien d' autres choses...
 
AccueilS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 lettre adressée au secrétaire d'état du transports

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
delaruejl

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 72
Localisation : RP
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: lettre adressée au secrétaire d'état du transports   Dim 20 Jan - 10:24

Association « paroles de routiers »
97, rue du levant
59279 LOON PLAGE

Adresse : @ asso.parolesderoutiers@hotmail.fr
Site internet : http://parolesderoutiers.org/



Lettre ouverte

Monsieur le Secrétaire d’Etat aux Transports.

Il est parfois des moments dans la vie qui nous poussent à devenir plus que réservés dans cette vie de tous les jours.
Mon métier que j’exerce depuis bientôt quarante ans, avec autrefois du plaisir, mais aujourd’hui avec beaucoup de mécontentement, m’a amené moi et beaucoup d’autres au constat suivant :

Ce sujet de mécontentement est causé par un manque de volonté des pouvoirs publics de nous entendre et surtout de nous comprendre, mais aussi par les médias, qui viennent tel des vautours se jeter sur un fait divers qui bien que non excusable de la part de celui ou de ceux qui commettent des délits aussi graves que celui énoncé il y a peu de temps et qui a fait la une de bien des journaux télévisés et autres de la presse écrite, mais l’inconscience d’une personne ne peut et ne doit jeter le discrédit sur une profession.

Nous sommes nous, les quelques 300 000 chauffeurs routiers des gens responsables et nous savons respecter les lois quand celles–ci sont applicables. Malheureusement, parfois nous sommes contraints de jouer avec les lois pour le contentement du client.

Mais là n’est pas le fond du problème, car si une frange des conducteurs poids lourds sont des idiots nous ne pouvons et ne devons supporter l’opprobre et le discrédit qui rejaillit sur nous. Néanmoins cette frange de chauffeurs a elle aussi des employeurs qui souvent sont aussi coupables que les chauffeurs, et de cela nous en avons la preuve.

Des employeurs peu scrupuleux des lois et encore moins de la vie des autres usagers de la route, forcent et j’écris bien forcent ces chauffeurs à commettre des délits que nous ne trouvons pas assez sévères pour les transporteurs qui emploient volontiers ces casses cou, car ils sont à notre connaissance coutumiers de ces pratiques.

Pour mettre fin a ces pratiques, il y a des remèdes qui sont applicables, sans pour cela sortir d’autres lois ou décrets, il suffit de faire appliquer la Convention Collective Nationale des Transports.

Et celle-ci est trop souvent laissée de coté dans les entreprises, pour laisser place à une explication plus que douteuse de cette Convention.

Dans la convention nous devons être payés à l’heure et les calculs doivent être faits par période hebdomadaire ; en réalité nous nous trouvons devant des disparités, le calcul des heures est fait mensuellement et aux dires des employeurs afin de faciliter le travail de la comptabilité.

De plus nombre de Stes proposent au personnel roulant des contrats de 200 heures de travail alors que la loi actuelle est de 135 heures, les rémunérations qui en découlent sont parfois tellement ardues qu’il nous faudrait être comptables pour les comprendre.

Mais et surtout il serait bon de faire pratiquer des visites impromptues des inspecteurs du travail dans les entreprises, mais ils sont si peu nombreux qu’une Ste ne risque une visite que tous les cinq à six ans et de plus les recommandations qui découlent de ces visites ne sont que rarement suivies de mises en pratique.

Mais un autre problème est le manque d’objectivité en ce qui concerne le transport.

Il serait bon de dire ce pourquoi nous faisons ce métier, car ce n’est pas pour nous mais pour la collectivité en générale. Auparavant nous avions une image de marque, celle du « routier sympa », et maintenant nous sommes devenus des emmerdeurs pour l’usager lambda.

Mais pourquoi ne pas dire certaines vérités comme le fait que nous sommes un mal nécessaire pour tout le monde, nous en avons pour preuve un simple repas que vous prenez chaque jour, avez-vous fait le calcul du nombre de camion que vous faites rouler pour ce simple repas, en moyenne six, un pour les crudités et les fruits, un pour la viande, un pour les légumes, un pour les fromages, un pour le pain et la pâtisserie, et enfin un autre pour les boissons.

Il faudrait le dire haut et fort, et surtout il faudrait que nous puissions le faire, mais nous sommes trop souvent considérés comme des imbéciles et non comme des gens responsables que nous sommes.


De plus en parallèle nous nous sommes amusés à calculer qui était le plus polluant sur les routes ???


Vaste sujet et pourtant la réponse est simple et surtout une règle arithmétique s’impose. Nous mettons deux véhicules en opposition. Une voiture moyenne qui pèse environ 1700 kg en ordre de marche avec deux passagers à bord, l’autre véhicule un 40 000 kg.

La voiture consomme 7 litres de carburant au cent, le camion consomme 35 litres au cent.

Nous avons donc fait le ratio au kilogramme roulant.

La voiture 0.00411 litre de carburant au cent par kilogramme roulant.

Le camion 0.00087 litre de carburant au cent par kilogramme roulant.

De plus les véhicules lourds sont soumis à des obligations de contrôle annuel, et doivent être entretenu de manière à être conforme au code de la route.

Il y a bien des voitures que nous croisons tous les jours qui feraient bien de prendre exemple sur nous.


En matière de pollution nous sommes aussi en avance sur les véhicules légers, les normes Euro 4 et Euro 5 nous interdisent des émissions de particules, et nos déjections sont depuis longtemps plus propres que celle de la voiture de Monsieur tout le monde.

Maintenant, nous allons aborder le volet social: vous n’êtes pas sans savoir, que nous les chauffeurs routiers sommes soumis à une forme de salaire le RMPG (Revenu Minimum Professionnel Garanti) et celui-ci n’est pas inclus dans les différentes augmentations des SMIG ou SMIC, actuellement en négociations.

Nous les chauffeurs n’avons rien à dire car nous ne sommes pas conviés à la table des discussions, et n’ayant qu’une confiance plus que relative dans les différentes centrales syndicales, qui soit disant nous représente, alors que souvent elles ne représentent qu’une frange minimale des conductrices et conducteurs poids lourds, car un manque de confiance plus qu’évident règne entre nous et les centrales, car celles-ci prônent trop souvent l’obligation de leur appartenance syndicale plutôt que les besoins réels des conductrices et conducteurs.

Donc actuellement des négociations sont en cours pour une augmentation de nos taux horaires, les représentants patronaux proposent une augmentation minimalisée et les centrales une augmentation maximum, mais qui est loin de notre demande réelle. Notre pouvoir d’achat à d’après les dernières statistiques baissé de 6% et nous n’avons pas eu d’augmentation de salaire depuis plus d’un an. Juste pour mémoire notre taux horaires est de 8€81. Nous aimerions qu’il passe à 9€50.

Mais pour l’exprimer il faudrait que nous soyons invités à cette table de consultation. Mais peut-être nous juge-t-on trop ignares pour ce faire.

Un autre volet, celui de la pression policière que nous subissons nous les professionnels de la route de plein fouet, et parfois en dehors de toutes logiques, un exemple :

Il nous est demander de respecter les distances de sécurité, et cela nous le comprenons et nous nous efforçons de respecter cette distance, mais comment expliquer à un représentant de la loi que nous nous préparions à doubler un autre véhicule qui lui roulaient moins vite du fait de son classement en produit dangereux, ou n’ayant pas la même régule que nous.

Résultat dans l’esprit du représentant de la loi nous avons tort, et nous sommes verbalisés sous le prétexte de non observation des distances de sécurité c’est un exemple que nous subissons chaque jour.

Un autre le non port de la ceinture de sécurité, qui est maintenant dans presque tous les camions, mais qui est en elle-même dangereuse, car elle n’est pas fixée dans la carrosserie de la cabine mais sur le siège directement, et surtout n’est pas réglable en hauteur.

Nous sommes donc obligés de mettre ne place des dispositifs qui rendent cette ceinture complètement inefficace. Mais aux yeux de la loi nous avons la ceinture.

Cette pression policière s’applique parfois à sens unique, nous sommes parfois verbalisé et cela en tout état de cause avec juste raison, mais la même erreur commise par un usager en véhicule léger lui ne le sera pas pour la même erreur, il est vrai qu’il est plus aisé de rattrapé un camion qu’une voiture.

Et pourtant bien des comportements d’usagers sont répréhensibles et souvent mettent en danger leurs vies et la notre, ne serait-ce que les entrées d’autoroute, l’usager en voiture n’a pas appris ou ne sait plus lire, car en lieu et place de cédez le passage ils lisent prenez le passage, et c’est tellement plus amusant de faire freiner un 40 tonnes que de freiner sa tonne et demi de la voiture.

Nous sommes devenus des agressés, car nous sommes devenus des ombres et des gênes sur le route de tous les jours, une gêne pour cette femme qui ce vernissait les ongles en roulant, et qui fait des doigts d’honneur quand nous l’avons klaxonné, une gêne pour cette voiturette qui a pris l’autoroute, une gêne pour ce piéton qui un matin marchait au milieu de l’autoroute à 7 heures, nous pourrions continuer cette litanie longtemps, mais les pires gênes ont une fin.

Nous pourrions, nous les usagers perpétuels des routes de France être contactés afin de prendre notre avis sur tel ou tel sujet exemple :

Le contournement de Lyon est l’obligation qui va nous être faite à partir de 15 février, plus de camions sur l’axe A6, A7 qui passent par le tunnel de Fourvière, obligation nous est faite de passer par le N346 afin de contourner Lyon par l’est. Je comprends qu’en période électorale cela apportera quelques voies supplémentaires au promoteur du projet.

Mais pour nous la réalité est bien différente, nous sommes obligés de faire un détour de 17 kilomètres dans le meilleur des cas, et le temps que nous passerons lui n’est pas compressible, ce qui fait que certaines relations ne passeront plus en temps. De plus et je pense que l’on a volontairement occulté le coût de ce détour.

En effet 17 kilomètres de détour vont coûter à la communauté une somme qui n’est pas négligeable, en effet en moyenne basse il passe environ 20 000 véhicules jours par le tunnel de Fourvière, un kilomètres de 40 tonnes coût en moyenne 1€30 soit 22€ pour un 17 km soit 440 000€ de coût supplémentaire à facturer sur le client final, celui qui vote.

De plus par le passé nous avons signalé sans être entendus par les pouvoirs publics qu’il y avait un carrefour dangereux sur cette A46 c’est le croisement avec l’A42 qui va vers Genève, les véhicules venant de Lyon et allant vers Genève doivent croiser ceux venant du sud de la France et allant vers le nord de la France, et comme juste après ce croisement nous devons monter une côte très rude, nous n’avons pas toujours la courtoisie de laisser le passage, mais qu’à cela ne tienne nous ne devrons à la fois enfreindre les lois et en même temps risquer la vie et les nôtres pour le confort de quelques électeurs mécontents des bruits que font les camions lors de leur passage.

Mais nous sommes tellement moins intéressants que les votants.

Un autre sujet qui devient pour nous tous un problème: LA PEUR
Et oui la peur s’installe chez les routiers, la peur d’être pris en otages par des malfrats, la peur d’être gazé dans nos cabines, pourtant nous fréquentons des autoroutes qui sont devenues des Stes de droit privé, et je pense qu’elles nous doivent la sécurité, et de cela elles n’ont que faire leur et leur seule intérêt est le paiement que nous effectuons quand nous sortons.

Des parkings sécurisés ont été mis en place pour les camions, avec caméra et du personnel de surveillance, mais ils sont hors des parcours sous péages. Et de plus comme de bien entendu ils sont payants.

La preuve que nous sommes une portion congrue est le manque de place sur les parkings que nous devons fréquenter, les grands distributeurs de carburant qui sont implantés sur les autoroutes nous prennent pour des touristes, ils préfèrent privilégier le touriste qui ne passent qu’une ou deux fois l’an, que nous qui sommes des clients réguliers.

Les places de parkings sont parfois interdites aux poids lourds pendant certaine période, et les gérants de ces parkings se moquent de savoir qu’ils nous obligent à commettre des infractions sur les temps de conduite, pourvu que les places soient libres pour les touristes.

Nous connaissons tous un parking du coté de Chalons sur Saône qui est interdit trois mois de l’année pour cause de jeux pour les enfants, nous ne voyons pas souvent des enfants jouer la nuit sur le parking.

Nous avons lu dernièrement que le métier de pêcheurs était le métier le plus dangereux actuellement, cela est faux mais pour faire de la presse il faut bien attirer le chaland, nous les routiers laissons souvent notre vie sur la route et cela tous les jours.

Nous aimerions un peu de reconnaissance, juste un petit peu cela nous ferais le plus grand bien, mais pour cela il faudrait que les autres usagers arrêtent de nous identifier en tant que véhicule mais sachent que dans ce véhicule vit une femme ou un homme qui est mère ou père de famille et surtout qu’ils sont des femmes et des hommes dignes de respect.

Pour mémoire nous sommes impliqués dans un certains nombres d’accidents et nous sommes directement responsables de 3% de ces accidents, mais il nous faut rappeler que nous parcourons en moyenne 16 000 kilomètres par mois, kilométrique qui est parcouru en moyenne et annuellement par l’usager classique.

Pour donner un exemple qui est survenu il y a quelques années. Un accident de la circulation est survenu en Provence entre un motard et un camion.

Le motard est mort du choc avec le camion, mais le motard arrivait sur cette route limitée à 90km/h à une vitesse beaucoup plus élevée, et n’a pu éviter le camion qui manœuvrait.

Le pilote de la moto aujourd’hui manque dans le paysage audiovisuel, et nous aimerions qu’il soit encore là pour nous faire rire et surtout pour être une forme de contre pouvoir, vous avez reconnu COLUCHE.

Mais le fait que personne à cette époque et même encore à ce jour ne reconnaisse que le personnage que nous aimions est mort suite a un excès de vitesse et non de l’imprudence d’un conducteur de poids lourd.


Association « paroles de routiers »
En son porte parole DELARUE JEAN LOUIS
Revenir en haut Aller en bas
http://parolesderoutiers.forumpro.fr/
linux



Nombre de messages : 42
Age : 29
Localisation : Saumur (49)
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Re: lettre adressée au secrétaire d'état du transports   Dim 20 Jan - 12:19

+1 pour tout ce que tu as dit.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène

avatar

Nombre de messages : 470
Age : 37
Localisation : Belgique - Bruxelles - Ganshoren
Date d'inscription : 10/01/2007

MessageSujet: Re: lettre adressée au secrétaire d'état du transports   Ven 25 Jan - 21:49

Heu ... t'as rédigé ça en une fois ? Parce que tu m'as même révélé des trucs, c'est ... on ne sait dire mot ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chez.com/platteborze
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: lettre adressée au secrétaire d'état du transports   

Revenir en haut Aller en bas
 
lettre adressée au secrétaire d'état du transports
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Association > Le rôle du secrétaire ?
» Pourquoi j'ai viré ma secrétaire...
» dépanner BRUNO notre secrétaire sur Dijon ce 14 juillet 2012
» une secrétaire pour Fly
» folleville 2009 en images qui bougent et qui bougent pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion Camions.com :: Discutions général :: Discutions général sur le transport et l'actualité du métier-
Sauter vers: