Visites de salon du camion et de trucks show, truck tuning, camions décorés, réçits de voyages, des offres d'emplois en France,Belgique, et même au Québec, des infos sur le métier de routier, les centres de formations, les lois et bien d' autres choses...
 
AccueilS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 le cameroun sombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dubois

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 39
Localisation : douala cameroun
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: le cameroun sombre   Mer 2 Avr - 11:11

Comme toutes les autres manifestations, elle avait été brutalement dispersée et ses initiateurs furent tous interpellés. Par ailleurs, les médias nationaux font quotidiennement état des arrêts de travail, de sit-in de protestation et autres mouvements d'humeur sur fond de revendications corporatistes du personnel dans plusieurs entreprises privées. Ce rappel succinct de quelques faits saillants survenus ces derniers temps, est la preuve, s'il en est encore besoin, que le décor était d'ores et déjà planté pour des remous sociaux beaucoup plus violents. En d'autres termes, la crise sociale de février 2008 était prévisible, compte tenu de la dégradation poussée du climat social et du pourrissement inexorable de la situation économique de notre pays. Au sujet des violences, il faut dire que rien ne peut justifier l'usage disproportionné de la force par les éléments du maintien de l'ordre pendant de tels évènements; les dérapages enregistrés dans ce cadre étant inhérents à de telles actions de masse.

La violence imputée aux émeutiers, non armés, est marginale et à la limite compréhensible. Elle peut être assimilée à de la légitime défense d'un peuple assommé par une autre violence beaucoup plus sournoise et infiniment plus dévastatrice que sont le pillage impuni de la fortune publique et la corruption à grande échelle, perpétrées par une poignée de fonctionnaires concussionnaires. Nous ne le diront jamais assez, les intimidations et la violence d'Etat ne sont jamais arrivés à bout d'un peuple en lutte pour la survie et déterminé à satisfaire ses desideratas fondamentaux; au contraire, elles aboutissent presque toujours à des révoltes populaires qui apparaissent alors comme la seule issue à l'injustice sociale. Comme on le voit, au fil des jours et des mois, l'extrême précarité et les injustices de toutes sortes ont façonné les esprits et créé les conditions subjectives idoines pour des revendications socioéconomiques plus radicales.Le signe que nos compatriotes sont enfin prêts à payer le prix qu'imposent la liberté et le bien-être. Cette dynamique du mouvement social qui prend visiblement de l'ampleur, semble irréversible. Elle est la résultante d'une maturation certaine des esprits, conditionnés par des décennies de brimades et de démagogie stérile. Ce mouvement qui grandit et se radicalise chaque jour un peu plus, a pour ferment la situation économique et sociale catastrophique. C'est la réponse du peuple à l'autisme méprisant d'un pouvoir qui se montre totalement insensible à ses aspirations profondes, et incapables de satisfaire ses besoins élémentaires. A travers la forte mobilisation observée durant cette crise sociale inédite et malgré l'impressionnant dispositif répressif, nos compatriotes ont voulu affirmer, avec force, leur appartenance à la communauté des peuples épris de liberté et assoiffés de vie.
Le bilan humain désastreux, fait de dizaines de morts tombés
sous les balles des forces de l'ordre, indique clairement que nos compatriotes n'ont pas eu d'autre choix que celui d'exprimer bruyamment leur courroux et exiger, parfois, hélas! au prix du sacrifice suprême, le respect de leurs droits fondamentaux. Les tragiques évènements que nous venons de vivre sont comparables aux soubresauts pré éruptifs d'un volcan social en éveil. Au lieu de se voiler la face et se perdre en conjectures stériles, il est encore temps d'agir pour éviter l'ultime cassure, le point de non retour. Les émeutes sanglantes de février 2008 resteront à jamais gravées dans la mémoire collective des Camerounais. Elles s'inscrivent dans la longue tradition des luttes de résistance populaire contre la misère et pour le droit à la qualité de la vie
Revenir en haut Aller en bas
Philippe.R
Admin
avatar

Nombre de messages : 2825
Age : 50
Localisation : Liege, Belgique
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: le cameroun sombre   Mer 2 Avr - 11:36

Vu d' Europe, on nous parle tres peu du Cameron et des pays d' Afrique en général, lors des évenement de février 2008, aucun des grands média européens n'en a parler, du moins pas ca n' a pas été mis en evidence.

Je suppose que la Belgique n' a pas trop d'intérèt financier au Cameron, en Belgique quand on nous parle de l' Afrique ca se limite souvent au Congo ou alors il faut qu'il y ai un vrai génocide avec des milliers de mort.

_________________
Fier de mon métier, ma passion.
www.passion-camions.com
Revenir en haut Aller en bas
dubois

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 39
Localisation : douala cameroun
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: le cameroun sombre   Mer 2 Avr - 13:29

investisssement belge au cameroun...pas vraiment mis a part las avions de la brusels airlines qui font 5 escales par chez nous chaque semaines
Revenir en haut Aller en bas
aryc



Nombre de messages : 108
Age : 34
Localisation : Clermont ferrand (63)
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: le cameroun sombre   Mer 2 Avr - 20:40

Je crois qu'en France y a toujours un gros malaise avec tout ce qui concerne les ex colonies (ou comme pour le cameroun, ex territoire sous administration) donc effectivement les medias abordent tout les sujets d'afrique sur la pointe des pieds, quand vraiment la crise est "internationale" comme au Tchad, ou qu'elle implique de gros interets francais (comme en cote d'ivoire il y a peu)
Donc moi aussi je découvre totalement la situation Camerounaise...
Revenir en haut Aller en bas
ombrageux

avatar

Nombre de messages : 2267
Age : 57
Localisation : 57.43N 11.59E
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: le cameroun sombre   Sam 5 Avr - 14:13

Un peu comme toi, je crois que l'Afrique est un peu considéré comme le parent pauvre de l'information.

Continu à nous tenir au courant de ce qu'il s'y passe.
Revenir en haut Aller en bas
http://WWW.defouloir.org
dubois

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 39
Localisation : douala cameroun
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: le cameroun sombre   Sam 5 Avr - 15:18

d'accord je ferais de mon mieux
Revenir en haut Aller en bas
dubois

avatar

Nombre de messages : 114
Age : 39
Localisation : douala cameroun
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: le cameroun sombre   Sam 5 Avr - 16:29

Quatre jours d’immobilité abrutissante. Une fâcheuse inactivité dans la quasi-totalité des secteurs productifs. Des investissements lourds qui partent en fumée, etc. 72 heures après la bourrasque, il est encore embryonnaire de prétendre à un quelconque bilan. Tout au plus, les analystes sont unanimes sur un fait : le préjudice est énorme pour l’économie nationale. La grève lancée par les transporteurs revendiquant une diminution du prix du carburant à la pompe, qui s’est progressivement muée en une insurrection incontrôlable, a, en effet, laissé des traces dans la plupart des villes du pays. Et particulièrement à Douala, cœur de cible de l’économie camerounaise et principal foyer des tensions.

Quelques clichés : plus de 80 % des stations services de la ville ont été vandalisées. Leurs recettes journalières, à en croire les opérateurs du secteur, sont estimées en moyenne à 0,5 millions Fcfa. Particulièrement visés, les kiosques du Pari mutuel urbain camerounais (Pmuc) ont été détruits ou ont servi de bois de chauffe aux pyromanes. Des entreprises de microfinance et même certaines banques classiques, ont reçu la visite des émeutiers. Lesquels ont détruit des édifices et, quelquefois, emporté d’importantes sommes d’argent. La grande distribution n’a pas été épargnée. Dans la plupart des quartiers, boutiques, magasins divers, boulangeries et autres restaurants, ont été saccagés. Dix camions rutilants ont été brûlés chez un concessionnaire, Sidem, situé dans la zone aéroportuaire de Douala. Ses propriétaires parlent d’une perte sèche de plus d’un milliard de francs Cfa !

Et le tour est loin d’être fait. Les agences Aes-Sonel de Bonamoussadi et Snec de Makepe, par exemple, ont été pillées et des véhicules appartenant à ces entreprises brûlés. Le centre provincial des Impôts de Douala 13e à Bonamoussadi a été mis à sac, et son coffre-fort emporté. Pareil pour la mairie et la sous-préfecture de Douala V, en partie ou totalement incendiées. Le centre de distribution des Brasseries du Cameroun (Sabc) de Ndokoti, lui, est resté fermé pendant tout ce temps, obligeant des dizaines de camions à garer, dans l’attente d’une hypothétique livraison de boissons. Pas moyen donc, pour les bars, de se ravitailler.
Même la presse en a subi les contrecoups. Depuis le 25 février dernier, aucun journal de la place n’a pu être imprimé, ni être distribué, encore moins être normalement vendu. Certaines imprimeries, à l’instar de Macacos à Douala, auront d’ailleurs provisoirement fermé leurs portes.

Budget de l’Etat
Dans le secteur des transports, aucun bus n’a pu partir de Douala pour Yaoundé. Sur place dans la capitale économique, la Société camerounaise des transports urbains (Socatur) a vu l’un de ses nouveaux bus totalement calciné, et dix autres fracassés à l’aide de pierres. Dans une ville voisine, Mbanga, la Société des plantations locale a perdu plusieurs de ses plants de bananiers. L’usine de conditionnement de la banane de Njombé, elle, a été détruite et brûlée. En filigrane, c’est d’ailleurs toute la sous région Afrique centrale qui aura plus ou moins ressenti le dérèglement économique du Cameroun. La preuve, plusieurs dizaines de camions transportant des marchandises en direction du Tchad, de la Rca, du Gabon et du Congo, sont restés bloqués à Douala pendant toute la durée de la paralysie des activités. Certains importateurs estiment à environ un million Fcfa dans chaque cas, les coûts supplémentaires liés à ce stationnement prolongé. Voilà pour la partie visible de l’iceberg…

Au-delà de l’aspect optique des impacts, la facture de la crise sociale enregistrée la semaine dernière s’avère, en effet, plus douloureuse encore. Imaginons, par exemple, l’affréteur d’un bateau ayant accosté au Port autonome de Douala (Pad) lors du déclenchement des manifestations, lundi. Parce qu’il n’a pas pu se décharger de sa cargaison du fait de l’arrêt des activités sur la place portuaire, il est tenu de payer la bagatelle de 22 millions de Fcfa supplémentaires par jour d’attente. Par ailleurs, selon des chiffres avancés officiellement, le Pad produirait des recettes oscillant entre 2 et 3 milliards Fcfa par jour. Ce qui équivaudrait à quelque 8 à 12 milliards Fcfa de manque à gagner du fait de l’insurrection. Pour ce qui est des recettes fiscales et douanières, le ministre des Finances a été formel : le blocage des activités en quatre jours pèse plus de 16 milliards Fcfa ; c'est-à-dire, a ébauché M. Essimi Menye, «Environ le quart d’une augmentation de salaires des agents de l’Etat de 12% !».

Toutefois, l’un des dégâts les plus importants liés à cette crise sociale concerne le patrimoine routier du Cameroun en pleine réhabilitation. Dans la quasi-totalité des villes où les manifestations ont pris des allures de guérilla, comme un effet de contagion, les jeunes ont manifesté leur courroux en brûlant des pneus usés sur la chaussée. Ce qui a pour conséquence immédiate, selon les techniciens des travaux publics, d’endommager la couche de bitume. Dans la capitale économique notamment, où la réfection des routes est en plein essor, la fraîcheur de l’asphalte la prédisposerait à une dégradation plus rapide encore. Du coup, certains évoquent un «recommencement», si ce n’est un «retour à la case départ», avec ces nids de poules effroyables pour les usagers. Une rallonge budgétaire, prétend-on dès lors à la Communauté urbaine de Douala (Cud), est désormais incontournable pour mener les chantiers à bon port. Une source proche du ministère des Travaux publics estime ainsi à plus de 15 milliards Fcfa, le besoin de financements pour le replâtrage du goudron dont la durabilité a été hypothéquée sous l’effet des flammes dévastatrices.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le cameroun sombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
le cameroun sombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la marche au cameroun contre le palludisme
» Le port de Douala - Cameroun.
» Apéro informel au Cameroun, ça vous dit?
» Bonne Arrivée.. au Cameroun !
» Mini coyote v2 neuf écran sombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion Camions.com :: Discutions général :: Nos différences.-
Sauter vers: